SEO : bien choisir ses mots clés pour optimiser son référencement

Aujourd’hui, avoir un site web bien référencé, c’est la base.

Et pour ça, il faut savoir que le premier facteur de référencement de Google, c’est le contenu.

Ce qui suppose donc de savoir bien choisir ses mots clés.

Car il ne suffit pas de produire des contenus de qualité.

Si le mot clé ciblé est mal choisi, votre contenu pourra être des plus qualitatifs, vous ne rankerez jamais.

Mais n’est pas rédacteur SEO qui veut !

Et comme j’ai à coeur de vous aider à bien référencer votre site, je vous donne quelques astuces pour bien choisir ses mots clés.

D’ailleurs, si je ne fais pas trop mal mon job, vous devriez avoir identifié le mot clé que j’ai voulu cibler à la fin de cet article.

La volumétrie, un indicateur fiable ?

C’est généralement le critère le plus retenu pour bien choisir ses mots clés.

La volumétrie, c’est simplement le nombre de recherches Google effectuées par les utilisateurs pour un mot clé sur un mois.

Mais si elle représente plutôt un bon indicateur de popularité, son utilité doit cependant être nuancée.

Car en réalité, de nombreux facteurs peuvent influer sur la volumétrie d’un mot clé.

La saisonnalité déjà.

Les mots clés saisonniers, comme les décorations de Noël par exemple, auront forcément une volumétrie plus élevée en hiver ou en été.

C’est la même chose pour les mots clés relatifs à des événements, comme les concerts ou les expos par exemple.

En bref, la volumétrie vous donnera un bon aperçu de la popularité de votre mot clé auprès des utilisateurs.

Mais ça reste un indicateur assez flottant, qu’il est bon de compléter avec d’autres critères de choix.

Prendre en compte la concurrence

Bien choisir ses mots clés, ça suppose aussi de bien étudier la concurrence qu’il y a dessus.

Car un mot clé sur lequel de gros sites sont déjà positionnés, c’est un mot clé sur lequel il sera plus difficile de se placer.

Pour déterminer la concurrence d’un mot clé, le mieux reste de scruter les SERP à la loupe.

Pour ça, prenez la première page de résultats de Google.

Si vous voyez que les sites les plus connus du secteur relatif au mot clé trustent les premières positions, c’est que la concurrence est féroce.

Et que vous allez avoir du mal à ranker face à des gros bonnets.

Si en revanche vous constatez que les premières positions sont occupées par des sites peu connus, vous avez toutes vos chances.

Il faudra alors vous distinguer par du contenu très qualitatif, et optimisé SEO bien sûr.

Bien choisir ses mots clés : long tail or not long tail ?

Pour comprendre comment choisir ses mots clés, il faut déjà comprendre cette distinction majeure.

En terme de stratégie de mots clés, il existe deux grandes écoles.

D’un côté, les mots clés dits de tête.

Et de l’autre, les mots clés dits de longue traîne.

Si ça vous paraît un peu abrupt, essayez de visualiser un tyrannosaure debout sur ses pattes arrière.

Les mots clés de tête se situent sur le corps du dinosaure.

Quant aux mots clés de longue traîne, ils se situeront tout le long de sa queue.

Les mots clés de tête sont courts : ils sont composés soit d’un seul mot clé, soit d’une suite de deux mots clés maximum.

Ils sont généralement beaucoup plus concurrentiels, il est donc plus difficile de ranker dessus.

A l’inverse, les mots clés de longue traîne sont plus des expressions, composées d’au moins trois mots clés.

Etant donné qu’il y a moins de concurrence, c’est généralement plus facile de ranker dessus.

Mais la volumétrie d’un mot clé de longue traîne est beaucoup plus faible, voire nulle dans certains cas.

Pour bien choisir ses mots clés, l’idéal est donc d’utiliser conjointement ces deux stratégies.

Trouver l’équilibre entre l’utilisateur et Google

Parfois, il arrive que certains mots clés aient une formulation un peu compliquée.

La faute aux critères de recherche des utilisateurs, qui font souvent fi des règles élémentaires de la langue française.

Je pense notamment aux accents, qui passent généralement à la trappe quand le sujet n’est pas agréable pour l’utilisateur.

Pour le mot “impôts” par exemple, la plupart des utilisateurs ne mettent pas l’accent circonflexe.

Par ailleurs, les prépositions et autres mots de liaison ne sont pas pris en compte par Google.

Ainsi, le mot clé “critère de recherche” sera souvent abrégé en “critère recherche”.

Parfois, deux mots clés peuvent avoir la même volumétrie.

Mais il peut aussi s’agir de deux mots clés différents.

Pour le savoir, et si vous n’avez pas d’outil de vérification de volumétrie, tapez les deux mots clés dans deux onglets différents.

Si les SERP sont identiques, c’est qu’il s’agit du même mot clé.

Dans le cas contraire, il s’agit de deux mots clés différents.

Bien travailler la sémantique

Certains mots clés, de par leur formulation, sont très difficiles à intégrer sans sacrifier la fluidité de la lecture.

Alors si vous voulez vous positionner sur un mot clé à la formulation un peu barbare, il faudra adapter un peu votre contenu.

Vous pouvez essayer de caler une ou deux occurrences du mot clé dans votre contenu.

Mais vous ne pourrez pas le placer autant de fois qu’un mot clé plus facile à intégrer au texte.

Dans ce cas, privilégiez plutôt la sémantique.

Travaillez votre contenu autour du mot clé cible, afin de donner à Google un schéma sémantique le plus clair possible.

Vous pouvez par exemple utiliser des synonymes du mot clé ciblé, et utiliser un champ lexical en rapport.

Quoi qu’il en soit, vous devez trouver l’équilibre entre UX et SEO.

Car si le contenu est important pour Google, l’expérience utilisateur l’est tout autant.

Les outils pour choisir ses mots clés

Il existe certains outils pour aider à bien choisir ses mots clés.

Certains sont gratuits, d’autres payants, et certains sont accessibles gratuitement mais en version limitée.

Yooda

Yooda Insight est un outil qui permet d’étudier la volumétrie des mots clés.

Vous pouvez aussi créer un dashboard, afin de hiérarchiser vos mots clés et d’analyser les habitudes de recherche par exemple.

Ceci afin de vous permettre d’identifier plus facilement le champ sémantique d’un marché, pour mieux déterminer les mots clés à cibler.

Yooda Insight est disponible gratuitement, mais la version gratuite est limitée en terme de fonctionnalités.

Si vous voulez utiliser l’outil dans son intégralité, il vous faudra souscrire à un abonnement.

Semrush

Les fonctionnalités proposées par Semrush sont sensiblement les mêmes que celles de Yooda.

Mais l’outil est nettement plus riche.

La base de données de Semrush est en effet beaucoup plus complète, et les outils d’analyse beaucoup plus performants.

En toute logique, Semrush est donc beaucoup plus cher.

Et il n’existe pas en version gratuite : un abonnement est obligatoire pour l’utiliser !

Keyword planner

Difficile de parler de stratégie de mots clés sans évoquer Google Keyword Planner.

Il s’agit d’un outil made in Google, qui permet d’obtenir la volumétrie des mots clés.

Mais son gros avantage par rapport à Yooda ou Semrush, c’est qu’il suggère aussi des idées de mots clés.

Pour ça, vous devez créer votre propre base de mots clés, afin que l’outil puisse vous donner les suggestions les plus pertinentes.

C’est ce qui prend le plus de temps, mais c’est très utile pour ceux qui manquent d’inspiration.

Toutefois, Google keyword planner doit être lié à un compte adwords, l’outil de référencement payant.

SI vous ne faites pas de SEA, vous n’aurez donc pas accès à la volumétrie exacte des mots clés.

L’outil vous donnera seulement un ordre d’idée, ainsi que la concurrence sur le mot clé choisi.

Answer the public

Answer the public n’est pas un outil de planification de mots clés, comme les précédents.

C’est un outil qui permet de trouver des idées de contenus, grâce à un générateur de questions.

Il vous suffit de choisir un mot clé, et l’outil se charge de trouver les questions les plus fréquemment posées par les utilisateurs.

Il utilise des questions (lequel, qu’est-ce que, quand, etc.), des prépositions (avec, pour, près, etc.), et des comparaisons (comme, vs, ou, etc.).

C’est un outil très complet, et surtout totalement gratuit.

A utiliser sans limite pour trouver des idées de contenus !

Alors, à la lumière de tous ces éléments, vous avez deviné le mot clé que j’ai choisi de cibler dans cet article ?

Si vous l’avez trouvé, c’est que vous êtes prêt à truster les premières place des SERP !

Et sinon, c’est soit que je suis nul en SEO, soit que vous avez besoin de lire l’article une deuxième fois…

Quoi qu’il en soit, mettez-vous au boulot !

Car n’oubliez pas que le premier ranking factor de Google, c’est le contenu !

Laisser un commentaire