Le copywriting marketing en 5 questions

Avec l’essor du e-commerce, le copywriting marketing a pris une ampleur considérable.

Sur Internet, la concurrence est rude, et convaincre en marketing digital s’avère souvent plus compliqué que prévu.

Convaincre les clients, c’est tout un art.

Et c’est là que le copywriting marketing intervient.

Je vous dis tout sur cette pratique 2.0, en cinq questions existentielles.

Qu’est-ce que le copywriting marketing ?

Le copywriting marketing, c’est tout simplement l’art de convaincre par l’utilisation des mots.

Autrement dit, il s’agit de rédiger des textes à visée publicitaire, afin de vendre ou de promouvoir un produit ou une entreprise.

Avec l’avènement d’Internet, la discipline a pris de plus en plus d’importance.

Car la digitalisation des ventes a instauré une distance entre vendeur et client.

Sur Internet, ce dernier peut ignorer le démarchage publicitaire beaucoup plus facilement que dans la vie réelle.

De plus, la surabondance de pubs entraîne une grande fatigue publicitaire.

Et les utilisateurs ont tendance à s’isoler de tout démarchage.

C’est pourquoi il faut impérativement soigner ses contenus publicitaires, afin d’intéresser le client sans le lasser.

Et ça, c’est le rôle du copywriting marketing.

Quelle différence avec le content marketing ?

Comme on vient de le voir, le copywriting marketing est destiné à faire la promotion d’un produit, d’une entreprise ou d’une marque.

Le but est de séduire le client par le biais d’un texte accrocheur.

Et surtout, l’objectif final est de pousser l’utilisateur à l’action.

C’est là que le copywriting marketing se différencie du content marketing.

Certes, le marketing de contenu repose aussi sur la création de contenus de qualité.

Mais l’objectif n’est pas tout à fait le même.

Avec le marketing de contenu, le but est en effet de laisser le client venir à soi, en comptant sur le potentiel d’attractivité des contenus.

Contrairement au copywriting, qui cherche plutôt à démarcher le client pour le ramener vers soi.

Il s’agit donc d’une stratégie dite outbound marketing, alors que le marketing de contenu est une stratégie dite inbound.

Dans quels cas utiliser le copywriting marketing ?

Le copywriting marketing peut se prêter à de très nombreuses occasions.

L’utilisation la plus connue est bien sûr la publicité sur le web.

C’est même l’utilisation principale du copywriting.

Qu’il s’agisse d’une bannière publicitaire, d’un flyer, ou même d’un email, l’annonce doit être accrocheuse pour convaincre le client.

Et bien que le digital ait grandement pris le dessus ces dernières années, la publicité physique est aussi concernée par le copywriting marketing.

On l’utilisera notamment pour les dépliants publicitaires ou des flyers par exemple.

De même, la publicité payante sur le web requiert aussi une bonne maîtrise du copywriting.

Que ce soit pour une campagne Google Ads, ou bien une campagne publicitaire Facebook.

C’est d’ailleurs dans ce cas que la rédaction de l’annonce est le plus important.

Car on ne dispose que quelques lignes pour convaincre.

C’est donc un véritable argumentaire de vente qu’il faut écrire, en seulement une centaine de mots.

Quels sont les éléments d’un bon copywriting ?

Le copywriting marketing, c’est avant tout pousser l’utilisateur à acheter un produit ou un service.

Et il y a de très nombreuses façons de procéder.

Mais quelle que soit la méthode utilisée, un bon copywriting doit toujours comporter trois éléments essentiels.

Les trois éléments d’un bon copywriting marketing

Tout bon copywriting qui se respecte doit commencer par une accroche percutante.

C’est particulièrement important dans le cas d’une publicité, qui ne comprend généralement que quelques lignes.

Il faut en effet captiver le client dès la première phrase, afin de mieux le convaincre par la suite.

Le copywriting marketing peut également s’appuyer sur le storytelling pour gagner en efficacité.

Il s’agit de faire appel aux émotions du client, positives comme négatives.

Car les émotions sont un puissant vecteur de communication en marketing.

Enfin, un bon copywriting marketing devra toujours contenir un appel à l’action.

Et c’est même le coeur de la discipline.

Car le but ultime du copywriting, c’est justement de pousser le client à agir.

Pour ce faire, on s’appuiera généralement sur l’une des deux matrices les plus couramment utilisées en copywriting.

La matrice PAS

La matrice PAS (problème, agitation, solution) est la plus répandue.

Elle permet de décomposer le processus par lequel passe tout client avant d’être convaincu.

Dans un premier temps, il faut décrire le problème rencontré par le client en question.

Puis il s’agit ensuite de le confronter à ce problème, en décrivant des situations de la vie de tous les jours par exemple.

Et enfin, le fait de présenter une solution évidente au client achèvera de le convaincre.

Toute la difficulté consistera ici à fermer toutes les portes, de sorte que le client ne voie pas d’autre solution que d’acheter le produit ou service promu.

La matrice AIDA

Cette matrice signifie attention, intérêt, désir, action.

Là encore, elle permet de décortiquer le processus commercial par lequel passe le client avant de se convertir.

Le copywriting commencera alors par attirer son attention, pour ensuite susciter son intérêt.

Puis il s’agira de créer petit à petit le désir, et de transformer l’envie en besoin dans l’esprit du client.

C’est d’ailleurs cette étape qui est la plus délicate.

Et on terminera par un appel à l’action, afin d’achever le processus commercial.

Quelles sont les limites du copywriting marketing ?

Le principal danger du copywriting marketing, c’est de tomber dans la surenchère publicitaire.

Car la frontière entre copywriting et discours positif aveugle est ténue, très ténue.

Et on a vite fait de tomber dans le piège de l’excès.

En gros, le risque est de passer d’un discours valorisant à un discours trop beau pour être vrai.

Le problème, c’est que les clients ont tendance à être beaucoup moins réceptifs à un copywriting marketing trop enjôleur.

L’excès de publicité les conduit en effet à se méfier plus que de raison, voire même à ignorer carrément le message envoyé.

Il faut donc veiller à toujours garder une certaine mesure dans ses propos, et à ne pas trop user des superlatifs en tout genre.

Le copywriting marketing, c’est tout un art.

Et je ne saurais que trop vous conseiller de ne pas vous y risquer sans un minimum de bases.

Laisser un commentaire