Enquête : le business de l’e-réputation (acheter des vues, des likes, des fans, des followers, des abonnés YouTube, Facebook, Twitter et Instagram)

Regarder Enquête : le business de l’e-réputation (acheter des vues, des likes, des fans, des followers, des abonnés YouTube, Facebook, Twitter et Instagram) sur YouTube

Retranscription texte :

Le business de l’internet pèse des milliards.

Et devant cette opportunité de richesse immense qu’il offre, de plus en plus nombreux sont ceux désireux de s’accaparer une part de ce bon gros gâteau.

Mais cet enthousiasme est aujourd’hui freiné par une concurrence de plus en plus forte et biberonnée aux réseaux sociaux.

Sortir du lot n’est plus une option, c’est devenu une priorité.

Comme celle d’envoyer un snap à ma copine pour lui dire que j’ai trouvé mieux qu’elle et que je veux plus voir sa gueule.

Je me le note.

A faire après cette vidéo.

Du coup je disais que c’est devenu une priorité.

Une priorité amenant chaque partie dans une course effrénée à la visibilité dont nulle ne sait si elle se terminera un jour.

Devant ce besoin pressant de se faire connaître pour rattraper ses poursuivants ou ne pas s’essouffler, obtenir toujours plus de likes, de vues ou d’abonnés sur les réseaux sociaux s’est rapidement imposée comme LA solution la plus efficace.

Laissant par la même derrière lui, sans trop en avoir conscience, un internet appauvri d’informations qualitatives.

Mais cependant riche d’abrutis en tout genre.

Tout n’est pas perdu, qu’on se rassure.

Devant l’ampleur du phénomène et flairant le magot, des sociétés d’achat de e-notoriété ont commencé petit à petit à fleurir sur la toile.

Promettant à toutes et à tous un avenir meilleur sur internet.

Mais dans les faits, est-ce vraiment le cas ?

En somme, est-ce qu’acheter des likes, des vues, des fans, des followers ou encore des abonnés sur Facebook, YouTube, Twitter ou Instagram est oui ou non une bonne idée pour faire ou parfaire son e-réputation ?

Alors avant de répondre à cette question qui est loin d’être aussi facile que mon coup du soir d’hier, je vais vous inviter gentiment à vous abonner à la chaine et à mettre un like à la fin de la vidéo.

Parce qu’ici les likes et les abonnés on ne les achète pas, on les quémande.

Allez, la suite.

Donc, est-ce qu’acheter une notoriété sur internet est véritablement une bonne idée ?

A première vue, on serait tenté de baisser l’occiput.

Mais comme je suis de nature méfiante, que j’ai tendance à voir la douille partout et que je n’avais strictement rien à foutre de ma journée, je me suis laissé tenter par une petite investigation.

Inspecteur Richou a donc décidé de mener sa petite enquête pour démêler le vrai du faux et qu’enfin jaillisse la vérité sur ce type de business.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que mes pérégrinations m’ont mené à faire de belles découvertes.

Envie de les découvrir ?

Alors asseyez-vous confortablement et fermez-la car la séance commence maintenant.

Le business de l’achat de likes, de vues et d’abonnées

Les entreprises

Pour débuter ma petite enquête, j’ai décidé de me focaliser sur les sites qui proposent ce type de services et donc les entreprises et humains qui se cachent derrière.

Histoire de savoir si je peux oui ou non leur donner ma thune en tout confiance.

Et à ce niveau, ça coince déjà mes haters.

Car rien qu’avec une petite recherche sur Google et dans les mentions légales, on se rend vite compte de la douille monumentale que tentent de nous enfoncer bien profond dans le fion certains de ces sites.

Sans pression les gens.

Au calme.

Par exemple, saviez-vous que les sites :

  1. https://www.acheter-des-fans.com/
  2. https://acheter-vues-youtube.com/
  3. https://www.acheter-des-likes.com/
  4. https://digitalikes.com/
  5. https://easylikes.fr/
  6. https://www.fan-boost.com/

Sont tous gérés par un certain Romain LANDOEN, ex Mr Romain MILOWSKI, margoulin inconnu sur le web ?

Et qu’ils font tous partie de la société DIGIKETING SOFTWARE CONSULTING PRIVATE LIMITED ?

Une société basée en Inde dont le site https://www.acheter-des-fans.com/ avait fait l’objet d’un reportage sur France 2 dans lequel les journalistes montraient clairement que leur vues sur les vidéos YouTube provenaient d’Indou ?

Rien qu’en voyant ça, je ne sais pas pour vous, mais on sent déjà l’arnaque arriver.

Et d’ailleurs, est belle et bien arrivée cette saloperie, car sur le site https://fr.trustpilot.com/review/acheter-des-likes.com les avis nous l’indique clairement.

« Commande jamais honorée, mais encaissée tout de suite. »

« Ce site continue ainsi, depuis longtemps, à faire des centaines de victimes

« Arnaque totale ! On paie et rien n’arrive ! Aucun numéro de tel ! Fuyez ! »

« Attention, site d’arnaque en ligne »

« Des pros de l’esbroufe »

Mais bon, ce n’est pas parce qu’il y a un connard dans le groupe, que le reste du groupe doit se voir poser cette étiquette.

Continuons donc calmement nos recherches et arrêtons-nous sur https://supremeboost.com/ un autre site d’achats de likes, de vues et d’abonnées pour les différents réseaux sociaux.

Un site dont la société se trouve je l’espère en France …

Eh bah non ! A Hong Kong !

Tient tient …

Ça sent à plein pif la société offshore pour éviter d’avoir à payer des impôts tout ça…

Et aussi l’escroquerie.

D’ailleurs, allons faire un tour sur le site https://fr.trustpilot.com/review/supremeboost.com pour voir si mon intuition est toujours aussi bonne…

Roulement de tambour …

OUI ! OUI !

Elle est toujours aussi bonne ma daronne !

Hein ? Qu’est-ce que raconte-moi ? Ça ne va pas bien dans ma tête.

Heu … Je disais donc que mon intuition est toujours aussi bonne mes haters car nous faisons encore une fois face à une belle bande d’escrocs prêts à tout pour prendre notre thune et la garder sans rien nous donner en retour.

Elle n’est pas belle la vie ?

Alalala … les avis clients auraient dû me mettre la puce à l’oreille.

VIDEO

LOL

M’enfin, ne nous décourageons pas et allons faire un tour sur un autre site.

Tenez, celui-là par exemple : https://www.followerspascher.com/

Allez, on croise fort les doigts pour ça soit en France …

Nouveau roulement de tambour…

Eh bah non! A Beverly Hills.

Bordel, on n’y arrivera donc jamais !

Alors elle, elle n’a pas de page Facebook et sa dernière publication Twitter date de 2016.

Moi qui avais besoin d’être rassuré, me voilà bien rassuré.

Mais revenons-en à l’adresse de la société, parce qu’étant donné que je n’ai rien d’autre à foutre que de faire cette vidéo, j’ai quand même bien envie de stalker tout ça sur Google et Google Maps.

Alors si on tape : 8549 Wilshire Blvd, Suite 712, à Beverly Hills, CA 90211

Wilshire Blvd ça nous donne quoi ….

Tient, tient …

Une entreprise de location de boîte aux lettres avec adresse physique.

Intéressant.

L’entreprise se situe donc à une adresse différente de celle du lieu d’activité.

Bon, vous me direz, on a le droit d’avoir ce type de service.

Mais dans ce cas, pourquoi diable cacher la véritable adresse postale du siège de l’entreprise ?

Et pourquoi n’y a t-il donc aucune information légale sur l’entreprise FollowersPasCher LLC sur Google ?

Tant de questions ne pouvaient rester en suspens mes haters !

J’ai donc contacté le support de l’entreprise pour qu’il s’explique devant le juge Richou.

Et, vous l’aurez deviné, leur réponse n’en a pas vraiment été une.

Puisque la personne à prétexter ne pas comprendre ce que je lui baragouinais.

J’ai tout de même fait un peu de forcing en réitérant ma demande et devinez ce qu’ils m’ont répondu ?

Qu’ils ne fournissaient pas ce genre de détails.

Tient, tient …

Une entreprise qui ne souhaite pas dévoiler des informations accessibles publiquement.

Intéressant.

Bon, après, vous l’aurez deviné, je n’ai plus reçu de réponse de leur part.

J’ai alors continué mes petites recherches sur le web en essayant de trouver des infos sur cette société.

Et d’après une enquête de Capital réalisé en 2016, date qui correspond à la période de leur dernier tweet, cette société absente de la Crunchbase serait pilotée par un certain Jéremy au nom de famille inconnu, installé à Los Angeles, à Beverly Hills donc.

Quoi que, à ce stade, rien n’est plus sûr vous me direz.

M’enfin, ce que vous pouvez croire mes haters, c’est qu’à ce moment de l’investigation, mon moral était au plus bas.

Surtout que suite à ça, je suis tombé sur le site https://buycheapestfollowers.com/fr/ dont les mentions légales sont inexistantes…

Et sur https://vues.tube/ et https://followers.tube/ tout deux faisant partie de la société Influenceurs LTD dont les locaux sont situés à Londres et dont les mentions légales sont quasi inexistantes.

Encore une qui, on peut se l’imaginer, tente l’optimisation fiscale en passant par l’offshore.

S’en était trop.

Je n’y croyais plus …

Mais j’ai repensé à mon objectif initial.

Et à ce que je vous devais mes haters : la vérité sur ce business de l’e-réputation.

Alors j’ai repris ma marche en avant.

Et j’ai bien fait mes haters.

Car 5s plus tard, tac tac bim bim, à la suite de 2-3 clics bien ciblés, je tombais sur le site https://www.rocketmediaservices.com/, entreprise créée en 2017 et située à Paris, Boulevard Haussman.

Aléluia mes haters.

Je venais enfin de dégoter un site d’achat de likes, d’abonnés et de vues dont l’entreprise est immatriculée en France et non à l’étranger.

Entreprise qui, au passage, possède également le site https://fastandboost.com/

Décidément, les réseaux de sites font légions dans le domaine.

Toujours est-il que l’espoir était revenu.

D’autant plus que, peu de temps après, j’ai découvert https://www.buyfollowers.fr/, un site dont la société est également immatriculée en France avec, qui plus est, de nombreux avis positifs sur Google et https://fr.trustpilot.com/review/buyfollowers.fr.

Et https://fastlikes.fr/ un autre site également immatriculée en France avec de nombreux avis positifs sur https://fr.trustpilot.com/review/fastlikes.fr.

Dans tout ce tas de merdier, il y avait donc au moins 3 sites qui paraissaient fiables.

J’ai donc décidé de passer à l’étape 2 de mon plan.

En me focalisant cette fois-ci, non pas sur l’entreprise, mais sur les services.

Les services d’achat de vues, de fans, d’abonnés, de likes, de followers sur Facebook, YouTube, Twitter, Instagram

Quand le visage de l’escroquerie n’est pas sur l’entreprise, elle est bien souvent dans ses services.

La seconde étape de mon plan a donc été de savoir si ce type de service, tel qu’il est décrit sur ces sites, était réellement fiable.

C’est-à-dire si la ou les promesses faites sur les pages de ventes des services étaient belles et bien tenues.

Et je vais mettre fin au suspense direct : ce n’est absolument pas le cas.

Mais avant de vous expliquer pourquoi, laissez-moi vous présenter rapidement les leviers marketing utilisés par ces sites pour vous pousser à passer par leur service.

Les leviers marketing des sites d’achat de e-réputation

Notre cerveau est certes une machine ultra perfectionnée, mais elle comporte de nombreuses failles.

Parmi elle, sa tendance à se faire facilement influencer.

Et les sites d’achat de e-réputation l’ont bien compris.

Ils savent très bien que l’être humain à la fâcheuse tendance à faire davantage confiance à une personne étiquetée comme experte dans son domaine qu’à un simple inconnu.

Et sur internet, l’expertise, comme la notoriété, se créé au moyen de likes, de vues, d’abonnées ou de commentaires positifs sur les différents comptes de réseaux sociaux.

Par ailleurs, ces sites jouent tous sur un principe de psychologie sociale très connu, nommé « la preuve sociale » ou « effet de masse », qui tient compte du fait qu’une personne aura tendance à se fier aux comportements d’autrui pour se faciliter la prise de décision.

Une sorte de mécanisme inconscient ancré dans notre ADN pour notre survie.

Eh oui, chaque décision est couteuse en énergie et a donc un impact sur notre système.

Notre abruti de cerveau aura donc tendance à penser qu’en achetant une expertise, l’effet boule de neige se mettra en place, nous amenant continuellement de nouvelles vues, likes, abonnés etc.

Malheureusement, la réalité et toute autre et vous aurez l’occasion de vous en rendre compte par la suite.

D’ailleurs, passons-y à la suite en décortiquant tout d’abord leur service d’achat de vue Youtube, Facebook et Instagram.

Acheter des vues YouTube, Instagram, Twitter et Facebook

Durant mon magnifique séjour passé sur ces sites plus chelou les uns que les autres, j’ai pris le temps de regarder en détail leur page et argumentaire de vente.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a à becter.

Tellement qu’on pourrait se croire en séjour all inclusive avec buffet de conneries à volonté.

D’ailleurs, j’en ai profité pour faire un petit doggy bag et vous en rapporter quelques-unes.

Commençons par l’entrée si vous le voulez bien.

  1. Sur nos 3 sites Français, il est écrit, concernant l’achat de vues YouTube, Facebook et Instagram que : « Les vues sont réelles.».

Bon, normalement, si je ne suis pas trop demeuré, qui dit « réelles » dit « êtres humains ».

Et pourtant…

A quel moment quand tu as la possibilité d’acheter un pack de 1 à 2 millions de vues Françaises à une cadence de 20 000, 100 000 voire 500 000 par jours, celles-ci peuvent-elles venir de vrais êtres humains ?

Il faut parfois faire preuve d’un peu de bon sens.

  1. Ensuite, ils nous parlent tous de « Vues rétention » concernant les vues YouTube.

C’est-à-dire des vues avec une plus forte durée de visionnage.

Car pour rappel, plus un spectateur reste longtemps sur votre vidéo plus il y a de probabilités qu’elle soit appréciée et donc mise en avant par YouTube.

Chez Fastlikes, le taux de rétention est de 80% pour les vidéos inférieures à 2-3 minutes.

Merci au passage des 33% d’imprécision, ça fait toujours plaisir de voir ça sur une donnée aussi importante.

Du côté de Rocketmediaservices, ce taux est de valeur inconnue.

Le gars nous dit juste que ce type de vues a un taux de rétention plus élevé qu’une moyenne qu’il ne nous transmet pas.

On le remercie chaleureusement pour cette information complètement inutile.

Merci.

Et enfin, du côté de Buyfollowers, c’est assez drôle (on se marre comme on peut, que voulez-vous), parce qu’il est écrit sur la page de vente que le temps de visionnage est de 100% quelle que soit la durée de la vidéo.

Mais quand on pose la question au support, celui-ci nous répond que : « Le temps de visionnage dépend des personnes il peut être à 100% tout comme il peut être d’une minute. »

Ah bah merci, heureusement que je demande …

M’enfin … du coup, si on récapipite, le gars propose des vues non Françaises avec une rétention aléatoire à un prix 400 fois supérieur à ses concurrents.

Hum …

  1. Il est écrit ensuite que les vues Youtube sont: « Garanti & Sans risque » ou encore que « Nos méthodes sont légales, indétectables et fonctionnent après la mise à jour actuelle de YouTube. »

Bon, pour le côté légal ok.

Et merci au passage de le souligner pour tous ceux qui douterait bêtement de ce système.

Par contre, pour le côté indétectable et sans risque, ça c’est moins sûr.

D’une part parce que ce genre de pratique est strictement interdite sur YouTube et d’autres pars parce que tu t’attaques quand même à big brother mon frère.

Je veux bien qu’il y ait des failles dans le système mais quand même.

YouTube n’est plus un bébé.

Son algorithme est de plus en plus perfectionné et capable de déceler ce genre de pratiques.

Il y a donc beaucoup plus de risques qu’avant de se faire choper et taper dessus en passant par ce type de service.

  1. Il est ensuite écrit sur Rocketmediaservices que : « Une augmentation du nombre de vues YouTube pour votre vidéo vous permettra d’être bien plus visible et donc de gagner en popularité.» ou sur Buyfollowers que : « La popularité sur Youtube se mesure au nombre de vues ».

Faux !

Il existe plusieurs vidéos sur YouTube qui démontrent qu’une augmentation du nombre de vues sur une vidéo n’a aucun impact sur la visibilité d’une chaîne.

Par ailleurs, la popularité d’une chaîne ne se définit pas uniquement par le nombre de vues sur ces vidéos mais par l’engagement de ses spectateurs.

C’est-à-dire :

  1. La durée de visionnage ;
  2. Les interactions tels que les likes, dislikes, retour en arrière sur la vidéo, commentaires ou bien encore le nombre de partages ;
  3. Le temps passé par le spectateur sur YouTube grâce à votre vidéo ;
  4. Le nombre d’abonnements qu’a généré votre vidéo etc.

Et plus ces critères se combinent pour une seule et même vraie personne, et je dis bien UNE seule et même VRAIE personne, plus cela enverra un signal positif à l’algorithme de YouTube.

Ce que ne permet absolument pas les sites d’achat de vues YouTube à cause des techniques de filou plus ou moins sophistiquées, usées et abusées par les flibustiers du net.

Je vous en reparlerai un peu plus loin.

  1. Ensuite, sur Rocketmediaservices, décidément les gars sont des génies de la pépite, il est écrit : « Pourquoi dépenser des fortunes en emplacement publicitaire sur Google Adwords ? Ce qui donne malheureusement que quelques vues.»

Ouais, pourquoi ? Serais-je trop stupide ?

Ah mais attendez, je crois me souvenir qu’il existe la publicité ciblée YouTube et Facebook via Youtube Ads et Facebook Ads qui amène de vrais gens qualifiés et un véritable engagement de leur part.

Fiou, j’ai vraiment cru que j’allais me faire pigeonner moi.

  1. Ensuite, il est écrit : « Acheter des vues Youtube permet de propulser votre contenu et d’attirer l’attention des utilisateurs. », « Les vidéos les plus vues suscitent plus facilement l’engouement des utilisateurs », « C’est ce que l’on appelle l’effet de masse », ou bien encore : « Le nombre appelles le nombre : plus vous avez une vidéo populaire, plus vous avez de chance d’attirer un utilisateur car il verra votre vidéo faire le buzz !».

Alors ces deux phrases sont intéressantes car elles mettent clairement en avant l’effet du principe de preuve sociale dont je vous parlais précédemment.

Et on ne va pas se le cacher, c’est vrai qu’en tant qu’être humain, on est bien tenté de croire qu’une personne voyant notre vidéo comportant des milliers de vues ait davantage envie de cliquer dessus.

Mais bon, le problème majeur auquel on ne pense pas directement mes haters, et auquel bienheureusement votre gourou richou a pensé, merci à lui, c’est qu’encore faut-il que notre vidéo lui soit montré…

Et c’est là que ça coince.

Enfin, ça coincé déjà pas mal vous me direz, mais là ça coince tellement que je me demande comment on arrivera à se décoincer de toute cette merde qui s’accumule.

Bref, tout ça pour dire que plusieurs vidéos sur le sujet ont démontré qu’une fois l’achat de vues effectuée et la prestation réalisée, un tant soit peu qu’elle le soit bien, le nombre de vues se stabilise tandis que notre vidéo et notre chaîne plonge inexorablement dans les abysses de YouTube à cause du reach dégueulasse dont elle est atteinte.

Donc désolé mes haters, mais pas d’effet buzz ou boule de neige possible avec l’achat de vues via ce type de services.

Si vous constatiez vraiment un effet buzz cela viendrait sûrement d’un influenceur ou de plusieurs personnes ayant partagé votre vidéo et non de l’achat de vos fausses vues.

Sorry.

D’ailleurs, je profite qu’on parle de ça pour vous dire que si d’un coup vous vous apercevez qu’il y a une activité bizarre sur l’une de vos vidéos, ne faites pas les cons !

Contactez immédiatement l’équipe d’assistance destinées aux créateurs histoire d’éviter de vous faire taper par YouTube s’il s’avérait que ça soit du spam.

Par exemple, c’est ce que j’ai fait sur l’une de mes vidéos sur laquelle j’ai remarqué un pic soudain

Bon, après avoir contacté YouTube, ils m’ont dit que tout était ok pour eux.

Du coup je ne sais toujours pas ce qui a provoqué ce pic mais au moins j’ai pu me coucher l’esprit tranquille dans les bras de ma sex friend.

Ceci étant dit, passons maintenant à l’achat d’abonnés sur YouTube et de followers sur Instagram, Twitter et Facebook.

Acheter des abonnés Youtube, des followers Instagram, Twitter et Facebook.

Pour parfaire son e-réputation sur ses différents comptes de réseaux sociaux, rien de mieux que de faire grossir sa communauté.

Car qui dit grosse communauté dit petite … mais surtout expert dans son domaine.

Et ça, l’expertise, ça vend.

Enfin, ça vend à condition que nos abonnés :

  1. Soient d’une part de vraies personnes ;
  2. Aient d’autre part un véritable potentiel à devenir clients chez nous ;
  3. Reçoivent de la valeur au travers le contenu que nous leur transmettons ;

Et avec l’achat d’abonnés Youtube, de followers Instagram, de followers Twitter ou de followers Facebook sur ces sites c’est loin mais alors très très loin d’être le cas.

  1. Tout d’abord parce que rien ne dit que ce sont de vraies personnes derrière les abonnés que nous recevons. On pourrait certes le penser en voyant le nombre d’abonnés maximum que ces sites peuvent nous livrer, entre 1 000 et 10 000 par exemple pour Youtube. Ce qui paraît, à première vue, pas trop suspect. Mais ma mère m’a toujours dit : « méfité té, méfité tout et méfité enco”. En gros, méfie toi quoi. Du coup, je me suis méfié et j’ai essayé de voir au-delà de ces chiffres. J’ai donc contacté le support des 3 sites pour savoir jusqu’à combien d’abonnés Youtube ils pouvaient réellement me livrer et à quelle fréquence. Et pour le coup, on peut dire que c’est assez louche. Par exemple, Buyfollowers fait passer ses 5 000 abonnés max à 10 000 avec une livraison express prenant seulement entre 1 à 3 jours.

Tandis que Rocketmediaservices m’a dit pouvoir me livrer jusqu’à 500 000 abonnés alors que le maximum est de 1 000 sur leur site.

Et ceci sans parler du fait qu’il est écrit sur leur site : « Si ce n’est pas déjà fait, merci de rendre vos abonnés en public pendant la durée de la promotion. » ou bien encore : « Veuillez vérifier également que la case Autoriser l’intégration soit cochée ». Très étrange tout ça. Seul le site Fastlikes est resté sur ces positions en me proposant la livraison de 10 000 abonnés max avec une fréquence de livraison de 20 à 80 abonnés par jour. Soit 10 000 abonnés livrés sous 4 à 5 mois. Un bon point pour eux. Mais est-ce vraiment une bonne raison de se laisser tenter ?

  1. Eh bien pas vraiment. Et je dirais même, surtout pas pauvres fous ! Car les abonnées, si on part du principe qu’ils soient reliés à de vrais comptes, proviennent tous du monde entier. Ce qui signifie que vous avez 99% de chance de tomber sur des personnes qui ne s’engagent pas sur vos contenus ni n’achètent quoi que ce soit chez vous car bien en dehors de votre cible. La seule chose que vous avez à y gagner c’est de perdre votre argent et de détruire votre chaîne ou votre compte à cause du faible taux d’engagement de vos nouveaux abonnés achetés.
  2. Et enfin, si l’achat d’abonnés ne vend pas c’est également parce que votre véritable expertise ne se joue qu’à travers la qualité de votre contenu. Eh oui, plus votre contenu sera excellent et apportera de la valeur à votre public, plus vous aurez un fort taux d’engagement et plus votre nombre d’abonnés augmentera. Faisant petit à petit de vous un expert reconnu. Et ça, rien ne peut le changer, même pas l’achat de 1 000 000 de vues, d’abonnés ou de likes.

Voilà voilà…

J’espère que le message est passé.

Si ce n’est pas le cas, vous rembobinez la vidéo et vous ne faites pas chier !

Bon… ceci étant dit, moi j’ai quand même envie d’aller zyeuter les conneries que ces sites peuvent bien pondre sur la page de vente de ce type de service.

Histoire de rigoler un peu.

Ou de me tirer une balle dans le cul.

Enfin, peu importe, les deux me feront le plus grand bien.

Alors alors ….

  1. Voici ce qui est dit lorsque l’on veut acheter des followers Instagram sur Rocketmediaservices : « En augmentant vos abonnés Instagram, vous montrez à votre communauté et à vos futurs followers que vous êtes influent dans votre domaine. Mais aussi les marques vous contacteront davantage pour placer leurs produits sur votre profil Instagram».

Nan mais allow ! Allow ?

Oui, bonjour Monsieur, que puis-je faire pour vous ?

Oui, je voudrais savoir si vous êtes aussi con que moi ?

Ça va dépendre Monsieur, dites-moi.

Nan mais parce que pour dire qu’une marque souhaitera s’associer à un compte Instagram bourré de profils qui ne s’engagent absolument pas avec mon contenu, faut vraiment rien avoir dans le crâne. Vous en pensez-quoi ?

Oui, vous avez tout à fait raison, j’en parlerais à mon connard de supérieur. Je vous souhaite une bonne journée.

Au revoir. Bon, désolé pour le coup de fil, fallait absolument que j’en ai le cœur net.

Reprenons.

  1. Du côté de Buyfollowers il est écrit : « Pour réussir, il est nécessaire d’avoir une communauté fidèle qui donnera une impulsion positive à votre chaine et votre projet. »

Nan mais allow ! Allow ?

Oui, bonjour Monsieur, que puis-je faire pour vous ?

Oui, c’est encore moi.

Pouvez-vous m’expliquer comment une communauté qui n’en a rien à carrer des sujets de mes vidéos puisse être fidèle ?

Non je ne peux pas car ça n’a aucun sens.

Ah … c’est bien ce que je me disais. Je vous remercie. Bonne journée.

Bon, encore désolé pour le coup de fil mais là je ne peux vraiment pas faire autrement.

Reprenons.

  1. Toujours sur Buyfollowers, il est écrit concernant l’achat d’abonnés Instagram que : « Le principe d’acheter des abonnés Instagram réels est un système développé et un concept déposé à l’INPI par BuyFollowers.»

Ok, c’est bon, ça suffit.

Moi j’arrête la vidéo ici…

Nan mais je ne sais pas moi, au bout d’un moment, déjà que ton biz est borderline, ne va pas en plus en rajouter une couche en te décrédibilisant.

Merde quoi !

Bon ….

Ça donne quoi sinon quand on souhaite acheter des followers sur Twitter.

  1. Alors alors … il est écrit sur Rocketmediaservices que : « En augmentant vos followers, cela facilite l’obtention du “badge bleu”, avoir un compte certifié plus rapidement.»

Ok, alors on va tout de suite mettre les choses au clair, ça ne facilite rien du tout car rien n’oblige le petit pioupiou à vous donner son badge même si vous remplissez un certain nombre de conditions.

Point barre.

Ceci étant dit, laissons de téco les autres conneries que j’ai pu becter concernant l’achat d’abonnés et de followers pour s’attaquer au service de likes.

Acheter des likes Youtube, Twitter, Instagram et Facebook

  1. Alors, sur Rocketmediaservices, ma petite poulette aux œufs d’or, il est dit concernant l’achat de likes Facebook que : « Agrandir votre communauté sur Facebook ne peut être que bénéfique. Cela vous permet de gagner en visibilité et d’avoir plus d’interactions. Plus le nombre de fans est important, plus l’intérêt vers votre page sera importante.»

« Importante » … « important » peut-être non ? Je ne sais plus, je suis perdu.

M’enfin, que je me reprenne un peu.

Ici c’est donc toujours un peu le même gros bullshit.

D’une part parce que je veux des likes et qu’on me cause de fans, ce qui n’a strictement rien à voir, et d’autre part parce que vous achetez donc des likes et non des fans.

C’est-à-dire que si vraies personnes il y a derrière, ils ne verront jamais votre contenu.

Ce qui aura à la longue pour effet de pénaliser votre reach à cause du faible taux d’engagement qu’auront vos futurs posts.

Voilà…

Sur ce, on va stopper là.

Je pense que vous avez bouffer assez de conneries pour aujourd’hui.

On va plutôt passer à la 3ème étape de mon plan, la recherche des techniques utilisées pour fournir des vues, abonnés, likes j’en passe et des meilleurs sur Youtube, Instagram, Twiter, Facebook, j’en passe et des meilleurs.

C’est parti !

Les techniques utilisées par les sites d’achat de e-réputation

Lorsque j’ai commencé à faire mes recherches sur le sujet d’achat de notoriété sur internet, je me suis, pour tout vous dire, penché en premier lieu sur le système qui se cache derrière tout ça.

Je voulais absolument découvrir quelles étaient les techniques utilisées par ces sites d’achat de e-réputation.

Et même si j’en ai découverte quelques-unes, que vous connaissez peut-être certainement, je suis sûr que certaines m’ont échappées.

Alors hésitez pas à vous lâcher en commentaires si vous en connaissez d’autres.

Donc, du coup, parmi les techniques possibles qui se cachent derrière tout ça, j’ai relevé :

  1. Tout d’abord, l’appel à des fournisseurs étrangers dans des pays où la main d’œuvre et peu cher et dont l’objectif est de faire travailler leur communauté sur les réseaux sociaux. Une pratique dont j’ai rapidement parlé en début de vidéo au moment d’aborder l’achat de vue Youtube et qui avait été mise en lumière, pour rappel, lors d’un reportage réalisé il y a quelques années de ça sur France 2, dans « Envoyé spéciale ».
  2. Comme autre technique possible j’ai trouvé celle baptisée « Shout Out ». Son objectif étant de rémunérer les twittos les plus influents pour qu’ils incitent leurs propres abonnés à suivre tel ou tel profil.
  3. Ensuite, il est également probable que les entreprises ou fournisseurs utilisent des VPN pour ne pas trop avoir de restriction au niveau des IPs et simuler la provenance de tel ou tel pays. Vos vues Françaises ou abonnés Français peuvent donc potentiellement très bien venir d’un autre pays que la France.
  4. Ensuite, on a la technique des fermes à clics à l’aide de robots. Et même si ce genre de techniques est de plus en plus facilement identifiables par les algos, il se peut que certains l’utilisent encore.
  5. Dans le même registre on a les fameux bots qui sont de plus en plus sophistiqués. Ces bots peuvent être utilisés pour :
    1. Contourner certaines restrictions telles que le nombre de vues par IP/24h ;
    2. Créer des profils plus vrais que nature. Par exemple, ils peuvent les habiller de photos libres de droit, de patronymes crédibles mais à la structure cependant reconnaissable (exemple : prénom lettre.nom) ou bien encore leur faire publier des tweets de temps à autre.
  6. Autre technique également possible, celle du système d’échange. Système sur lesquels les internautes en mal de popularité sont invités à liker des profils pour gagner des crédits qui leur serviront à gagner des likes en retour. Si bien qu’au bout du compte, tout le monde est gagnant.
  7. Ensuite, comme autre technique probable, il y a celle de la publicité où l’objectif de la société (exemple : fastlikes) est d’utiliser les différentes régies publicitaires pour obtenir le résultat escompté par le client au prix le plus bas et de le revendre avec une marge.
  8. Nous avons ensuite les techniques basées sur l’intelligence artificielle, de plus en plus « intelligent » c’est le cas de le dire. Elle pourrait par exemple être utilisée pour créer de faux commentaires en se basant sur le titre de la vidéo, sa description ou les autres commentaires.
  9. Et enfin, comme dernière technique possible, celle qui consiste à réaliser une action pour obtenir quelque chose en retour. Comme par exemple proposer à un joueur de jeux vidéo de s’abonner à une chaine ou liker une vidéo en échange de lui faire passer un niveau ou obtenir une récompense.

Donc voilà, en gros, quelques techniques qui pourraient être utilisées par ces sites d’achat de e-réputation.

L’incohérence Google – Youtube sur l’achat de e-réputation

Maintenant, toutes ces découvertes m’ont amené à me poser une question : comment se fait est-ce que Google autorise des sites d’achat de de vues, de likes et d’abonnés YouTube à être présent son SERP et à faire des annonces via Google Ads, alors que YouTube, qui est intrinsèquement lié je vous rappelle à Google depuis 2006, sanctionne ce type de pratique ?

Si quelqu’un peut m’expliquer comment Google et YouTube interagissent entre eux en commentaire je suis preneur.

Parce que là, en laissant ce type de site promouvoir leur service, Google envoi indirectement à l’internaute le signal qu’il n’y a aucun problème vis-à-vis de l’achat de vues sur sa plateforme YouTube.

C’est un peu comme s’il nous disait : « Ok, je ne t’interdis pas d’acheter des likes, des vues et des abonnés YouTube mais par contre je ne t’autorise pas de le faire. Donc si tu te fais prendre, attends-toi au fiste fiston. »

Notez la nuance très subtile entre l’interdiction et l’autorisation.

C’est beau mais légèrement machiavélique.

D’ailleurs, quand je vois ça, je ne peux pas m’empêcher de penser au fameux test de la guimauve.

Vous savez ce fameux test qui consiste à placer des guimauves devant la goule des gamins tout en leur disant derrière de ne pas les manger sous peine de ne pas obtenir une récompense.

« Je ne t’interdis pas de manger la guimauve maintenant, mais je ne t’autorise pas à le faire si tu souhaites obtenir une récompense. »

Eh bien avec ce type d’annonce que Google autorise sur sa plateforme publicitaire et tous les sites d’achats de likes, de vues ou d’abonnés qu’elles laissent indexer sur son moteur de recherche, c’est exactement le même mécanisme.

La récompense étant ici l’absence de punition.

Une pure torture de l’esprit !

D’ailleurs, si vous avez le malheur d’être pris dans cet engrenage psychologique et que vous osez passer à l’action en achetant des vues, des abonnés, des likes ou des commentaires, vous risquez, soit :

  • Le gel de votre compteur de vues. Bon, ça encore ça va ;
  • La suppression de votre vidéo, de toutes ses statistiques et éventuelles gains générés. Ça, ça commence à faire chier ;
  • La suppression totale de votre compte YouTube. Ça, ça fait vraiment chier.

Bref, tout ça pour dire, non pas que Google est un gros enfoiré, même si parfois cette pensée me tripote les neurones, mais simplement d’avoir conscience qu’avoir recours à ce type de services peut avoir de véritables répercussions négatives sur votre business.

Et même si la plupart des sites d’achat de e-réputation vous diront que c’est bien :

  • D’acheter des abonnés YouTube ou des vues ;
  • D’acheter des fans Facebook ou des likes sur vos posts,
  • D’acheter des abonnés Ingram;
  • D’acheter des followers sur Twitter.

Retenez que c’est plutôt à travers la valeur que vous apportez dans votre contenu et votre persévérance que vous pourrez réellement faire croitre votre nombre de vues, de likes et d’abonnés sur vos différents comptes de réseaux sociaux.

Voilà, c’est ainsi et part ces belles paroles que je mets fin à cette courte vidéo.

Si vous l’avez aimé, pensez bien à me le faire savoir par un pouce bleu vers le haut, un petit partage et un commentaire.

Sans oublier, bien sûr, de vous abonner à la chaîne si ce n’est déjà fait et de caresser la petite fée clochette pour ne rien manquer de mes futurs vidéos.

Sur ce, moi je vous dis à la prochaine et surtout rappelez-vous bien d’une chose : hate marketing, not marketers !

Laisser un commentaire