Entreprendre seul : bonne ou mauvaise idée ?

Entreprendre seul est une grande aventure, qui tente de plus en plus de gens.

La liberté d’être son propre patron, travailler sans avoir de comptes à rendre à personne…

Voilà des arguments très convaincants, qui doivent pourtant être pondérés par quelques inconvénients.

C’est en quelque sorte la face caché de la lune, que peu de gens voient finalement avant de se lancer.

Alors quels sont les avantages et les inconvénients d’entreprendre seul ?

Comment s’y prendre pour réussir dans les affaires sans associé ni partenaire ?

Voici ce que vous devez savoir avant de vous lancer dans la grande aventure de l’entrepreneuriat.

Entreprendre seul : une liberté totale

Le premier, et certainement le plus gros avantage d’entreprendre seul, c’est la liberté que cette aventure représente.

En étant seul, c’est en effet à soi-même que revient tout le pouvoir de décision.

Aucun compte à rendre à un éventuel associé, ni aucune autorisation ou conflit résultant d’un désaccord.

Entreprendre seul implique donc une liberté totale au niveau de la prise de décision.

Le contrôle de l’entreprise ne revient qu’à une seule personne, sur qui repose sa réussite.

On s’évite notamment les réunions brainstorming interminables pour se mettre d’accord sur la conduite à tenir.

Entreprendre seul tient donc du rêve pour ceux qui n’aiment pas travailler en groupe.

Les épris de liberté seront en effet ravis de construire par eux-mêmes une entreprise de A à Z.

Par ailleurs, il n’y a aucun problème de partage des bénéfices.

Entreprendre seul permet en effet de récolter tous les fruits de son travail sans avoir à les partager avec des associés.

Pour autant, lancer une entreprise seul est loin d’être une mince affaire.

Des contraintes certaines

Ce qui fait la force de l’entrepreneuriat en solo fait aussi sa faiblesse.

Qui dit entreprendre seul dit en effet zéro soutien, qu’il soit matériel, intellectuel ou psychologique.

Au niveau financier tout d’abord, les ressources sont forcément plus limitées quand on est seul.

Entreprendre à plusieurs permet en effet d’augmenter considérablement le capital disponible.

C’est donc là que le fait d’être plusieurs peut constituer un avantage.

Au niveau intellectuel, entreprendre seul limite parfois les possibilités.

En étant plusieurs, on peut mettre plus d’idées en commun, et avoir un esprit critique.

Quand on veut entreprendre seul, mieux vaut donc maîtriser l’auto-critique.

Pas évident en effet d’avoir du recul sur son travail quand on a constamment le nez dedans.

Et sans associé pour formuler des réserves ou émettre des critiques, on ne peut compter que sur soi.

Se lancer seul nécessite donc d’avoir beaucoup de confiance en soi.

Et c’est d’ailleurs l’un des principaux inconvénients d’entreprendre seul : la motivation.

Vous savez ce qu’on dit : “seul, on va plus vite, à plusieurs, on va plus loin”.

Entreprendre seul signifie en effet deux fois plus de doutes et de remise en question.

On a également plus de difficultés à affronter l’échec et la critique quand on travaille sans partenaire.

Dans ces conditions, tout le monde ne sera donc pas capable d’être un entrepreneur zen.

Entreprendre seul : comment ça se passe au niveau juridique ?

Entreprendre seul offre plusieurs possibilités au niveau du statut juridique.

L’auto-entreprise est toutefois la forme la plus indiquée quand on souhaite se lancer seul.

C’est en effet le statut qui offre le plus de libertés et le moins de contraintes.

On peut notamment rester entrepreneur salarié si on souhaite juste un complément de revenu.

Le régime fiscal de l’auto-entrepreneur est également simplifié par rapport aux autres statuts.

En revanche, entreprendre seul en auto-entrepreneur ne permet pas d’embaucher ou de s’associer.

Il faut aussi savoir que si l’auto-entrepreneur est exonéré de TVA, ses revenus sont plafonnés sur l’année.

En fonction de l’activité (libéral, prestation de service, activité commerciale ou d’hébergement), le chiffre d’affaire ne doit en effet pas dépasser un certain seuil.

Au-delà, il faudra passer à un autre statut, plus contraignant au niveau fiscal et social.

On peut également entreprendre seul en portage salarial.

Ce régime est particulièrement adapté à ceux qui ont besoin d’exercer leur activité à plein temps tout en conservant un statut de salarié.

Ils peuvent ainsi se consacrer à 100 % à leur activité sans avoir à assurer la gestion administrative d’une entreprise.

On peut également bénéficier de l’assurance chômage en cas d’arrêt de l’activité.

Le portage salarial n’est toutefois pas aussi attractif que la simplicité de l’auto-entrepreneuriat.

On peut bien évidemment choisir d’autres statuts pour entreprendre seul : EURL, EIRL, SARL, SASU, etc.

Ces statuts juridiques offrent plus de possibilités, mais sont aussi plus contraignants.

Tout dépendra donc de l’activité choisie, du capital éventuel nécessaire et du chiffre d’affaire prévisionnel.

Garder la motivation en toutes circonstances

Entreprendre seul est certes grisant de liberté, mais aussi extrêmement stressant.

Sans personne sur qui se reposer, on ne peut en effet compter que sur soi et ses capacités.

Et autant dire que les moments de doute font partie intégrante de la vie d’un entrepreneur.

Des doutes auxquels il est difficile de faire face quand on est seul.

De plus, entreprendre seul implique de trouver la motivation par soi-même.

Là encore, pas de partenaire sur qui s’appuyer en cas de coup de mou.

Contre vents et marées, malade ou fatigué, il faut assurer quoi qu’il arrive.

Seul, et de chez soi la plupart du temps, difficile également de lutter contre la procrastination.

Pour toutes ces raisons, il peut donc être difficile de rester motivé quand on se lance seul dans l’aventure.

C’est pourtant une qualité essentielle pour entreprendre seul.

Qui peut entreprendre seul ?

Malheureusement, tout le monde n’est pas fait pour entreprendre seul.

Être entrepreneur requiert en effet des qualités humaines essentielles.

Il faut notamment être ultra motivé, et avoir une confiance en soi en béton armé.

Entreprendre seul nécessite également de savoir faire face aux moments de doute.

Savoir accepter la critique est aussi indispensable pour s’améliorer et avancer.

En outre, il faut aimer et savoir travailler seul, afin de lutter contre la procrastination.

Pour entreprendre seul, motivation, remise en question et résistance au stress seront donc des qualités déterminantes.

Il faudra également faire preuve de patience, et accepter les risques inhérents à l’aventure.

Laisser un commentaire