Entrepreneur salarié : est-ce possible ?

Aujourd’hui, devenir entrepreneur salarié attire de plus en plus de gens.

S’affranchir du salariat, devenir son propre patron, créer une entreprise rentable et devenir le roi du pétrole…

Autant de rêves qui sont désormais accessibles à tous, ou presque.

Car être entrepreneur et salarié, c’est bel et bien possible.

Et ça a même pas mal d’avantages.

En revanche, ça demande une bonne grosse dose d’organisation et de motivation.

Voici un petit tuto pour apprendre à gérer au quotidien le statut d’entrepreneur salarié.

C’est cadeau, ça me fait plaisir !

Pourquoi devenir entrepreneur salarié ?

A priori, quand on est salarié, on n’a pas trop de raison de se rajouter du boulot supplémentaire.

Mais dans les faits, il y a plein de bonnes raisons qui peuvent motiver le choix de ce statut particulier.

La principale, c’est bien sûr la volonté d’augmenter son revenu moyen.

Que ce soit pour compléter un revenu modeste, ou simplement arrondir les fins de mois.

Mais ce n’est pas forcément une question d’argent.

Cumuler les activités d’entrepreneur et salarié permet également de créer sa propre entreprise en limitant les risques.

Car aujourd’hui, monter une boîte rentable, ça reste relativement long et fastidieux.

Mais beaucoup de gens n’ont aucun filet de sécurité sur lequel s’appuyer, en attendant que la machine se lance.

Et quand on a une famille par exemple, on n’a pas forcément envie de prendre un tel risque.

Devenir entrepreneur salarié permet de réduire ce risque, en assurant une rentrée d’argent régulière en même temps.

De cette façon, on peut faire démarrer son business avec plus de sérénité, sans la pression de la réussite immédiate.

Entrepreneur salarié : que dit la loi ?

D’un point de vue légal, n’importe quel salarié a le droit de devenir entrepreneur indépendant.

Mais sous réserve de respecter quelques conditions indispensables.

Déjà, le travailleur salarié est tenu à un devoir de loyauté envers son employeur.

C’est-à-dire que son activité d’entrepreneur ne doit pas faire concurrence à celle de l’entreprise dans laquelle il est salarié.

Ce qui implique notamment de ne pas exercer son activité d’entrepreneur durant ses heures de travail salarié.

Il ne doit pas non plus utiliser les ressources de l’entreprise qui l’emploie pour son propre business.

Mais au-delà de cette obligation logique, l’entrepreneur salarié peut aussi être tenu à une clause de non concurrence dans son contrat.

Dans ce cas, il s’engage par la signature du contrat à ne pas exercer d’activité similaire à celle de l’entreprise qui l’emploie.

Quant à la clause d’exclusivité, elle lui interdit carrément d’exercer toute autre activité tant qu’il est salarié.

A vérifier soigneusement avant de se lancer dans la grande aventure d’entrepreneur salarié.

Cependant, une tolérance d’un an est accordée en cas de création d’entreprise.

Quand on est entrepreneur et salarié, on est également tenu d’avoir au moins deux clients différents.

Dans le cas contraire, l’indépendant pourrait être accusé de salariat déguisé.

Par ailleurs, il ne peut pas non plus travailler pour son employeur en tant qu’indépendant.

Petite mention spéciale pour les fonctionnaires qui souhaiteraient devenir entrepreneur salarié.

La loi ne l’interdit pas, mais vous devez obligatoirement en informer votre hiérarchie, et avoir son accord si vous êtes à temps complet.

Dans ce cas, vous ne pourrez pas exercer votre activité pendant plus de trois ans.

Vous l’aurez compris, rien n’empêche d’être à la fois entrepreneur et salarié, pourvu qu’on en respecte les conditions d’exercice.

Mais sous quel statut exercer une activité d’entrepreneur indépendant ?

Quel statut choisir pour devenir indépendant quand on est salarié ?

Dans l’immense majorité des cas, les salariés choisissent le statut de micro-entrepreneur, anciennement auto-entrepreneur.

Etant destiné à encourager la création d’entreprise, ce statut est très facile à créer.

Très souple, il permet également de réaliser des bénéfices assez intéressants.

Vous n’avez même pas besoin de tenir une comptabilité !

Un livre de recettes et un compte bancaire dédié à l’activité suffisent du point de vue de la loi.

Attention en revanche à la taxation.

En tant qu’entrepreneur salarié, vous êtes soumis à une double imposition.

De même, vous pouvez dissoudre votre micro-entreprise du jour au lendemain, sans justificatif.

Méfiez-vous également du plafonnement des revenus.

Le chiffre d’affaires annuel est fixé à 170 000 euros pour les activités commerciales, et à 70 000 euros pour les prestations de service.

Si vos revenus de micro-entrepreneur sont supérieurs à ces plafonds, vous devrez basculer sur un statut de société.

En plus d’être plus lourd, ce statut n’est pas forcément compatible avec une activité salariée.

Malgré ces petits écueils, le statut de micro-entrepreneur reste le plus avantageux quand on est salarié.

Comment s’organiser au quotidien ?

Dans la mesure il cumule deux activités, l’entrepreneur salarié doit nécessairement être deux fois plus organisé.

Déjà, comme on l’a vu, il ne peut pas exercer son activité d’indépendant pendant ses heures de travail salarié.

Être entrepreneur et salarié, ça suppose donc d’être prêt à travailler sur son temps libre.

Il n’y a plus de frontière entre vie pro et vie perso.

Préparez-vous à dire adieu aux soirées télé et aux week-end en famille.

Du fait de devoir bosser sur son temps libre, l’entrepreneur salarié est également beaucoup plus sujet à la procrastination que les autres.

Hé oui, pas facile d’enchaîner les doubles journées au quotidien !

Pour vous organiser au mieux, n’hésitez pas à établir un emploi du temps précis, et à vous y tenir.

Astreignez-vous à des objectifs précis, et fixez-vous des dates limites pour les atteindre.

Et même si lancer une entreprise implique de ne pas compter ses heures, n’oubliez pas de garder du temps pour vos loisirs.

Entrepreneur salarié : question de motivation ?

Cumuler les statuts d’entrepreneur et salarié, c’est donc une question d’organisation.

Mais c’est aussi et surtout une question de motivation.

Car ne croyez pas que les grands entrepreneurs de notre époque ont réussi en se tournant les pouces !

Et en plus, la plupart d’entre eux n’étaient pas salariés.

Ils ont donc du se bouger la couenne encore plus qu’un entrepreneur salarié pour gagner leur croûte.

Et un entrepreneur salarié peut parfois manquer de motivation, étant donné qu’il conserve une rentrée d’argent régulière.

Mais la motivation d’entrepreneur, c’est la base pour cumuler les deux statuts.

Non seulement pour rester efficace dans votre activité salariée, mais aussi pour lancer votre activité d’indépendant.

Gardez donc à l’esprit qu’être entrepreneur salarié, ça ne peut pas se faire sans une puissante dose de motivation.

Alors au boulot bande de feignasses !

Laisser un commentaire