Le marketing créatif, digne successeur du growth hacking ?

2 Shares

Le marketing créatif est un terme générique qui parle encore à peu de gens.

Il est pourtant présenté comme le digne successeur du growth hacking, ou pirateketing.

On le sait tous, la créativité a toujours été une qualité essentielle en marketing.

Mais le marketing créatif entend aller bien au-delà de la simple créativité publicitaire.

C’est en effet une véritable tempête créative qui se prépare.

Voici donc sans plus attendre tout ce que vous devez savoir sur le marketing créatif.

Qu’est-ce que le marketing créatif ?

Ne cherchez pas de définition consacrée du marketing créatif : il n’y en a pas.

C’est en effet une notion assez floue, que tout le monde connaît ou pense connaître, sans que ce soit forcément le cas.

De plus, la définition du marketing créatif est assez subjective, et varie selon les personnes.

Bien évidemment, on comprend rien qu’avec le terme qu’il s’agit d’une forme de créativité.

Mais il ne s’agit pas simplement de se montrer créatif pour faire mieux que la concurrence.

Le marketing créatif va en effet beaucoup plus loin, et n’implique pas seulement de casser les codes marketing.

Il implique d’entrer dans la légende du marketing, grâce à une créativité absolument inédite.

Le but du marketing créatif n’est pas forcément de faire croître et de rentabiliser une entreprise rapidement.

Son objectif est plutôt de la faire connaître, et surtout de la faire devenir incontournable.

En cela, il s’oppose radicalement au growth hacking, une autre pratique marketing aux objectifs inverses.

Problème ou solution au growth hacking ?

Le growth hacking est une forme de marketing assez récente, qui a vu le jour il y a quelques années seulement.

Il se compose d’un ensemble de pratiques très agressives, visant à développer la croissance d’une entreprise à vitesse grand V.

Cela passe par l’emploi de diverses méthodes pas toujours très “propres” moralement parlant.

Citons notamment la création de faux profils LinkedIn à la chaîne pour récupérer les données personnelles des membres.

Cette méthode bien connue des growth hackers s’appelle le scraping, et elle est franchement douteuse.

Douteuse, mais pas illégale pour autant, bien qu’elle flirte avec les limites du RGPD.

Mais le growth hacking pose problème depuis déjà quelques temps, et pas seulement à cause de sa morale discutable.

En cause notamment, l’objectif de croissance outrancière en très peu de temps et à moindre coût.

De plus en plus de gens sont en effet rebutés par l’idée de rentabiliser une entreprise à tout prix.

Ceux-là optent donc pour le marketing créatif, qui se concentre plutôt sur la meilleure façon de rendre une entreprise célèbre.

Pour résumer, le growth hacking est axé sur la rentabilité, alors que le marketing créatif est axé sur la célébrité.

Entrer dans la légende avec le marketing créatif

Le marketing créatif suppose de bouleverser les codes du marketing traditionnel.

Après tout, on n’entre pas dans la légende en faisant ce que font tous les autres.

Le marketing créatif est ainsi un savant mélange de plusieurs techniques marketing.

Il associe en effet le storytelling, le marketing émotionnel, et parfois quelques principes de growth hacking.

Il faut donc être imprévisible, faire rêver sa cible, et devenir viral.

Imprévisible, parce qu’il faut constamment surprendre son audience pour devenir légendaire.

Il ne suffit plus d’être simplement créatif : il faut révolutionner le marketing.

Faire rêver sa cible, parce que les émotions sont au coeur de l’achat.

Joie, nostalgie, rêve et choc sont en effet les meilleurs instruments d’un marketing créatif.

Et viral, car c’est ce qui permet de marquer l’esprit du consommateur pour le pousser à acheter.

Créer le buzz est donc essentiel pour avoir une chance d’entrer dans la légende du marketing créatif.

2 Shares

Laisser un commentaire