Que vendre sur internet : 10 types de produits/services pour enfin savoir quoi vendre sur internet

Regarder Que vendre sur internet : 10 types de produits/services pour enfin savoir quoi vendre sur internet sur YouTube

Les liens vers les plateformes Dropshipping/e-commerce que je recommande :

Pour vous procurer le livre “Lean Startup” :

Retranscription texte :

Vous souhaitez monter un projet sur internet qui vous tient à cœur et par les couilles mais vous n’avez aucune idée du type de produit et service que vous pourriez vendre ?

Eh bien vous avez sonné à la bonne chaîne mes haters puisque dans cette vidéo on va voir ensemble, main dans la main, quoi vendre sur internet pour enfin mettre un peu de beurre dans ses épinards et payer sa si bonne et croustillante petite tradi.

Prêt ? Alors c’est parti.

Que vendre sur internet : les deux types de catégories

Ok, alors quoi vendre sur internet concrètement ?

Eh bien après moulte recherche et réflexion, j’en suis venu à la conclusion partielle qu’il existe 10 types de produits et services que l’on peut commercialiser sur le net.

On a d’un côté la catégorie des produits regroupant deux sous-catégories : les produits physiques et les produits numérique.

Et de l’autre, la catégorie des services regroupant de la même manière deux sous-catégories : les services physiques et les services numériques.

Donc ce que je vous propose maintenant mes haters, c’est de dépecer ensemble ces 4 sous-catégories pour que vous ayez une idée un peu plus précise de ce que vous pouvez vendre sur internet.

Et si après ça vous n’avez toujours aucune idée de quoi vendre sur le net, eh bien je ne serais que trop vous recommander de vous jeter d’un pont ou sous un train.

Voilà, en attendant que ce jour glorieux arrive, on commence tout de suite notre petit listing par les produits physiques.

Quoi vendre sur internet : les produits

Les produits physiques

Ok, alors pour vendre un produit physique sur internet, deux stratégies s’offrent à vous :

  1. Vous vendez vos propres produits physiques.
  2. Vous vendez les produits physiques d’autres personnes.

Mais quelques soit la stratégie choisie, il vous faudra, bien sûr et avant tout, créer un site e-commerce avec par exemple Shopify ou GrooveKart.

Maintenant, dans le cas où vous décidez de lister les produits d’autres entreprises, deux stratégies s’offrent encore une fois à vous (c’est que vous en avez de la chance dites-moi) :

  1. Vous faites ce que l’on appelle du dropshipping en recherchant et en achetant vos produits sur Aliexpress ou Alibaba, par exemple. Stratégie que je ne vous recommande absolument pas pour le côté éthique et moral du bordel.
  2. Vous faites de l’affiliation avec Amazon ou Cdiscount, également par exemple, en promouvant des produits qui se vendent déjà bien.

Le gros avantage de cette stratégie est qu’elle ne nécessite aucune gestion des stocks comme cela pourrait être le cas si vous vendiez vos propres produits.

Sauf si, bien sûr, vous tournez votre business dropshipping en e-commerce.

Mais dans le cas contraire, elle apporte un vrai gros plus en termes d’économie de temps et d’énergie.

Le seule petit inconvénient que l’on pourrait lui trouver se situe au niveau de la rémunération des sites en affiliation comme Amazon et Cdiscount qui se situe seulement entre 1% à 12% en termes de commission.

Du coup, pour espérer obtenir une rémunération plus importante avec ce type de stratégie, il va falloir que :

  • Vous trouviez des produits à forte marge à vendre en dropshipping ;
  • Vous vous tourniez vers la vente de vos propres produits.

Ceci étant dit, on passe tout de suite aux produits numériques.

Les produis numériques

Ok, alors on a vu précédemment que l’on pouvait vendre des produits physiques sur internet grâce à l’affiliation et au dropshipping.

Mais ce qu’il est bon de savoir, c’est qu’il est tout à fait possible d’en faire de même avec les produits numériques tel que des ebooks, des audios ou des formations en ligne, que ceux-ci nous appartiennent ou non.

D’ailleurs, la vente de produits numérique est la base de tout business en ligne.

Donc si vous ne savez pas quoi vendre sur internet pour débuter, vous pouvez tout à fait créer vos propres produits numériques ou promouvoir ceux d’autres entreprises.

Dans le cas où vous décidez de vendre vos propres produits, un conseil : faites-le en mode Lean Startup.

En d’autres termes, testez votre offre avant de créer votre produit et non l’inverse.

Oussama Ammar le dit d’ailleurs bien : si via une publicité Facebook au moins 50% des gens qui voient votre landing page contenant votre promesse rentrent leur email, respirez, vous êtes dans le bon. Dans le cas contraire, remettez-vous en apnée, retravaillez votre offre, cassez pas mes couilles et achetez le bouquin Lean Startup.

Bon, ok, il ne l’a peut-être pas dit comme ça mot pour mot mais on va dire que dans le fond c’était ça.

Sinon, à part ça, pour le côté affiliation, vous avez deux possibilités :

  1. Vous vous créez un compte affilié chez l’entreprise ou l’entrepreneur qui possède le produit que vous voulez promouvoir. En général il y a un petit lien « affiliation » en bas des sites pour se créer un compte. Ou alors :
  2. Vous vous créez un compte sur une plateforme type 1tpe ou Clickbank pour promouvoir les produits qui vous intéressent. A vous de voir mais personnellement je ne suis pas spécialement fan de cette stratégie puisque l’on n’est pas toujours rémunéré sur les ventes additionnelles et qu’en général les produits ne sont pas ultra chers.

Ceci dit, et maintenant que l’on a vu quels produits physiques et numériques vendre sur internet, place aux services en commençant par ceux physiques.

Quoi vendre sur internet : les services

Les services physiques

Ok, alors il est vrai qu’en tant que solo web entrepreneur on pense moins aux types de services suivants étant donné que ces services sont plutôt liés à des startups ou de grands groupes.

Mais quand bien même vous n’ayez pas la force de frappe de ces entreprises, vous pouvez très bien promouvoir leurs services grâce à l’affiliation.

Parce que oui, on y pense encore moins, mais la plupart des startups ou entreprises digitalisés proposent des programmes d’affiliation plus ou moins intéressants.

Parmi ces services on retrouve tout d’abord ceux liés aux transports et plus particulièrement les voyages et les vols.

Le site lastminute.com propose par exemple de vous rémunérer 8€ par vente d’un vol et 50 par vente d’un séjour tandis que le site d’Air France vous propose une rémunération de 8 € par vente pour des vols long-courriers, 5 € par vente pour des vols moyen-courriers et un malheureux petit euro par vente pour des vols court-courriers.

Bon, ce n’est pas folihon folichon vous me direz, mais si vous tenez un blog ou une chaîne YouTube dans la thématique du voyage, rien ne vous empêche de glisser 2 3 liens affiliés par ci par là histoire de faire rentrer un peu d’argent dans les caisses de l’état. Voilà.

last minute affiliation

L’affiliation chez lastminute.com

air france affiliation

L’affiliation chez Air France

Ceci dit, et concernant les autres types de services, on en retrouve un ayant un lien étroit avec celui des transports : j’ai nommé la location.

C’est-à-dire la location d’hôtel, de voiture, de taxi, de ski etc.

Par exemple, le site booking.com propose une commission de 25% entre 1 à 50 réservations par mois, de 30% entre 51 et 150 réservations par mois, de 35% entre 151 et 500 réservations par mois et 40% au-delà.

booking affiliation

L’affiliation chez booking.com

Le site lastminute.com proposant quant à lui 30€ par vente de location de ski.

Avez ça, on ne va pas aller bien loin mes haters.

Et ce n’est pas notre dernier service physique, la restauration, qui va rattraper le bordel.

Parce que oui, pour ceux qui ne le savent pas, la bouffe possède aussi son système d’affiliation.

Un système d’affiliation bien dégelasse, qu’on se le dise franchement, mais qui a au moins le mérite d’exister.

Par exemple, les sites Allo Resto de Just Eat ou Deliveroo propose de rémunérer leur affilés à hauteur de 12% de commission pour le premier et 3.6€ pour le second.

deliveroo affiliation

L’affiliation chez deliveroo.com

just eat affiliation

L’affiliation chez just eat

Bon, vous me direz 12% ce n’est pas si dégueulasse que ça quand on voit que Amazon propose des taux allant de 1% à 12%.

Mais bon, ne vous y fiez pas ! Tous les gens qui font de l’affiliation avec Amazon vous le diront : pour espérer vivre convenablement de l’affiliation Amazon, vous vous devez de générer un trafic conséquent.

Une vérité que l’on retrouve malheureusement dans les services physiques que je viens de vous lister.

C’est pour cette raison, mes haters, que je ne serais que trop vous conseiller de vous orienter plutôt vers les services numériques que je vous propose de voir, bah tout de suite…

Service numérique

Ok mes haters.

On a donc vu précédemment que développer des services physiques sur le net était plutôt réservé aux startups et autres grandes entreprises digitalisées.

Et que faire l’affiliation pour ces entreprises n’est pas ce qu’il y a de plus rentable.

Ici, je vais donc vous parler d’une stratégie bien plus rentable lorsqu’il s’agit de générer de l’argent sur internet : la vente de services numériques.

Ces services numériques sont au nombre de 3 dont le premier d’entre eux est lié au savoir, aux compétences, à votre expertise.

C’est le cas par exemple de la rédaction web, de l’optimisation SEO, du marketing, du webdesign, du développement etc etc.

Il y a autant de services numériques que de domaines d’expertises liés au numériques.

À vous donc de trouver dans quoi vous excellez pour commencer à vendre vos compétences.

Et si ce type de service ne vous excite toujours pas la nouille, vous avez toujours la possibilité de vous orienter vers notre deuxième type de service : les emplacements.

En effet, en tant qu’entrepreneur sur internet, vous avez tout à fait la possibilité de monétiser votre site, votre contenu et votre communauté sur les réseaux sociaux.

Par exemple, vous pouvez très bien vous inscrire sur des plateformes de content marketing tel que seedingup pour monétiser votre blog, votre chaine YouTube ou vos profils de réseaux sociaux via des articles ou vidéos sponsorisés.

De la même manière, vous pouvez également monétiser des emplacements de votre site en affichant des encarts publicitaires via Google Adsens ou Taboola.

Bon, après, je ne vous cache pas, ce n’est pas spécialement ce qui rapporte le plus en termes de rapport revenu par visiteur.

Mais bon, vu que le sujet de la vidéo est « quoi vendre sur internet », j’étais obligé de parler de cette solution.

Ceci dit, et maintenant que l’on a passé en revu les deux premiers services numériques, place à mon préféré, et vous allez comprendre pourquoi, j’ai nommé : la vente de logiciel.

Alors ça mes haters, ça, la vente de logiciel, c’est THE service sur lequel je vous conseille de vous focus si vous ne savez pas quoi vendre sur internet.

Et là, vous avez deux possibilités :

  • Créer ou promouvoir un logiciel sur le mode licence
  • Créer ou promouvoir un logiciel sur le mode SAAS

Pour ma part, si j’avais à choisir entre ces deux possibilités, je choisirais sans aucune hésitation la deuxième option pour la simple et bonne raison qu’elle permet de générer un revenu récurrent et passif.

C’est-à-dire qu’au lieu de payer une fois pour obtenir le logiciel, le client devra s’acquitter d’une certaine somme chaque moi pour utiliser le logiciel.

Bon, après c’est surtout au niveau de votre stratégie que ça va se jouer, surtout si vous décidez de créer votre propre produit.

Pour vous donner un exemple assez parlant, la société ThriveThemes a fait le pari des logiciels à licence du fait que leur stratégie est basée sur une stratégie dite de différenciation.

C’est-à-dire qu’au lieu de proposer un logiciel SAAS dont le rôle est de créer un tunnel de vente de A à Z, ThriveThemes propose les différentes briques de ce tunnel sous forme de logiciel à licence à part entière.

Ainsi, ils récupèrent des parts de marché vis-à-vis de leurs concurrents directs dont le coût des logiciels peut parfois en freiner plus d’un.

Maintenant, si votre objectif est de promouvoir des logiciels via l’affiliation, qu’il soit à licence ou SAAS d’ailleurs, alors je ne serais que trop vous conseillez d’en choisir un :

  • Qui a déjà fait ses preuves sur son marché et qui se vend donc déjà bien ;
  • Que vous avez acheté et qui vous plaît
  • Qui est une bonne alternative au logiciel que vous utilisez ou que vous recommandez ;
  • Dont le prix assez élevé histoire de pas trop se casser le cul pour des clopinettes.
  • Dont le taux de commission se situe au minimum à 40%
  • Dont le coût par lead ou coût par action est avantageux.

Maintenant, si vous vous demandez quel logiciel promouvoir, bah c’est que vous n’avez pas assez cherché ou que vous ne vous êtes pas assez creusé la tête parce que y en a quand même pas mal.

On peut par exemple citer les logiciels de :

  • Montage vidéo ;
  • Montage audio ;
  • Informatique type OS, antivirus etc ;
  • CAO, FAO, DAO, PAO, LMFAO ;
  • Pari sportif ;
  • Sites de rencontres ;
  • Webmarketing type emailing, tunnel de vent ou ceux présents sur la plateforme Jvzoo ;
  • Etc etc …

Etc c’est fini.

Eh oui mes haters, c’est bien la fin de cette vidéo.

J’espère qu’elle vous aura plus et aura répondu à votre question.

Si c’est le cas, faites le moi savoir en mettant un gros pouce bleu vers le haut et en vous abonnant à la chaîne et si ce n’est pas le cas, gros pouce bleu vers le back et kick dans les commentaires.

En attendant, moi je vous dis à la prochaine pour une nouvelle vidéo et rappelez-vous bien d’une chose : hate marekting, not marketers !

Laisser un commentaire