SXO : le nouveau SEO qui va moderniser votre référencement

Au royaume du seo, le sxo est en passe de devenir le roi.

Le référencement naturel évolue au fil du temps et des mises à jour algorithmiques déployées par Google.

Il est donc normal que les techniques seo évoluent conjointement, et laissent place à des nouveautés.

Parmi ces nouveautés, le sxo est sans conteste la plus à la mode en 2020.

Désormais, il faudra en effet parler de sxo, et non plus de seo.

Mais qu’est-ce que le sxo, et comment adapter sa stratégie de référencement naturel en conséquence ?

Voici un portrait robot du sxo, le nouveau seo qui va dépoussiérer le concept de référencement naturel en 2020.

Qu’est-ce que le sxo ?

On connaissait déjà le seo, ou search engine optimization (comprenez optimisation pour les moteurs de recherche).

Mais peu de gens connaissent le sxo, littéralement search experience optimization.

On pourrait traduire cette expression par “optimisation de l’expérience utilisateur pour les moteurs de recherche”.

Une traduction à rallonge, mais qui illustre pourtant à la perfection le concept du sxo.

Depuis quelques temps, la tendance est en effet à l’expérience utilisateur (ux).

Et si on savait déjà qu’ux et seo étaient intimement liés, force est de constater qu’optimiser les deux en même temps ne faisait pas partie des priorités.

Or, la tendance est bel et bien en train de s’inverser.

On passe ainsi peu à peu d’une optimisation orientée Google à une optimisation orientée utilisateur.

La priorité est en effet en train de changer de côté, au profit d’une expérience utilisateur améliorée.

Mais pourquoi changer de stratégie pour passer au sxo ?

Pourquoi faire du sxo ?

Cela n’a jamais été un secret : l’expérience utilisateur a toujours compté pour Google.

Ce dernier prenait en effet en compte ce critère au moment d’indexer les différentes pages proposées.

Mais jusqu’à maintenant, il faut bien admettre que les référenceurs n’axaient pas vraiment leur stratégie sur l’ux.

Il fut un temps où le seo consistait plutôt en une stratégie agressive de mots clés et l’obtention de backlinks crasseux.

L’expérience utilisateur était donc souvent négligée, au profit d’une optimisation technique pas toujours propre.

Une stratégie que le sxo entend bousculer, pour redonner la part belle à l’expérience utilisateur.

Désormais, il est plus que jamais essentiel de comprendre celui-ci, afin de lui proposer une expérience navigationnelle optimale.

Les internautes ont en effet des attentes bien précises quand ils tapent une requête dans Google.

Et en bons utilisateurs impatients et impulsifs, ils ne prendront pas plus de 10 secondes à évaluer la pertinence d’un contenu par rapport à leur recherche.

Autant dire qu’un site qui ne répond pas exactement à leurs attentes passera directement à la trappe.

L’enjeu majeur du sxo est donc de se mettre à la place de l’utilisateur pour le comprendre, et ainsi répondre à son besoin.

Quand faire du sxo ?

Beaucoup de gens croient pouvoir se passer de sxo pour être premier sur Google.

Mais si le trio de tête contenu / performances techniques / backlinks est toujours au top, le sxo est très loin d’être un luxe.

L’expérience utilisateur est en effet essentielle pour être bien positionné dans les moteurs de recherche.

Or, beaucoup ignorent que leur site a besoin d’être repensé dans une logique sxo.

Il y a pourtant certains signes qui ne trompent pas.

Un fort taux de rebond est par exemple révélateur d’un site qui n’est pas optimisé sxo.

Pour rappel, le taux de rebond désigne le nombre de visiteurs qui quittent une page juste après l’avoir visitée.

Un taux de rebond élevé signifie donc souvent que le site ne répond pas à la demande de l’utilisateur.

Voilà déjà un premier axe d’amélioration à travailler en sxo.

Outre le taux de rebond, un faible taux de clic est généralement un bon indicateur d’un site non optimisé sxo.

Le taux de clic désigne ici le nombre d’utilisateurs qui cliquent sur un lien affiché dans la serp Google.

Si ce taux est trop faible, cela peut alors signifier que le meta-title et la meta-description ne répondent pas aux exigences sxo.

Autre indicateur sxo à prendre en compte : le taux de conversion.

Un site qui génère du trafic mais peu ou pas de conversions est un site vide de sens.

Et cela se produit beaucoup plus fréquemment qu’on ne le pense.

Un taux de conversion trop faible trahit donc un manque d’optimisation de l’expérience utilisateur.

L’étude de ces KPI déterminera la meilleure stratégie sxo à adopter.

Et cela commence dès les serp, avec l’optimisation du contenu.

Le contenu au service du sxo

Quand on parle de contenu, on pense tout de suite au contenu de la page en question.

Mais en réalité, le sxo ne commence pas à partir du clic, mais bel et bien dès la requête.

L’analyse de l’intention de recherche sera notamment déterminante en sxo.

Il faudra en effet comprendre la recherche de l’utilisateur afin de choisir les bons mots clés à travailler.

Une fois arrivé sur la serp, il s’agira d’augmenter le taux de clic sur la page positionnée.

Le travail de sxo s’articule notamment autour de l’optimisation des balises meta-title et meta-description.

Ces derniers doivent donner un avant-goût précis de ce qui attend l’utilisateur qui va cliquer dessus.

Ils devront à la fois en dire suffisamment et préserver le mystère pour donner envie de cliquer.

Attention notamment à la longueur du title, qui ne doit pas excéder les 70 caractères pour être affiché en entier.

La meta-description est également au coeur du sxo.

Mais il ne suffit pas de travailler là-dessus pour parler de stratégie sxo.

Le contenu est encore et toujours au coeur du référencement naturel et de l’expérience utilisateur.

Qualité, pertinence et valeur ajoutée sont ainsi les trois mamelles du sxo.

Toutefois, le meilleur contenu du web restera vain s’il est publié sur un site qui malmène l’ux.

Une navigation fluide et rapide

Tout le monde a déjà été confronté à l’horreur d’un site web trop lent, ou dont le design pique les yeux.

Et si l’horreur saute aux yeux en tant qu’utilisateur, ce n’est pas toujours aussi évident de l’autre côté de la barrière.

Un site rapide et fluide fait pourtant partie des fondamentaux du sxo.

La vitesse de chargement des pages est notamment un critère essentiel pour garantir une expérience utilisateur confortable.

Il faut en effet garder à l’esprit qu’un internaute ne prend pas plus de 10 secondes pour décider de quitter une page.

Attention également à l’abus de popups et autres publicités du genre.

Le sxo privilégie la publicité native, moins intrusive et plus agréable pour l’utilisateur.

Au final, améliorer la qualité de la navigation relève surtout du bon sens.

Il suffit pour cela de se mettre à la place de l’utilisateur, et de travailler sur ce qui déplaît quand on navigue.

Et parmi les axes de travail du sxo, le responsive design figure en bonne place.

Sxo et responsive design

L’expérience utilisateur mobile est un véritable moteur du sxo.

C’est d’autant plus important qu’environ 70 % du trafic global est mobile désormais.

Les gens naviguent en effet de plus en plus via leur smartphone ou tout autre support mobile.

Ils ont donc logiquement besoin d’une expérience utilisateur optimale.

Il faut également savoir que Google indexe en priorité les sites dotés d’une version mobile.

C’est pourquoi le responsive design est indispensable en sxo, autant qu’en seo d’ailleurs.

Ce dernier permettra en effet de s’assurer que l’affichage du site s’adaptera à tous les supports.

L’accélérateur de pages mobiles Google AMP peut notamment s’avérer très utile.

Travailler l’expérience utilisateur mobile permettra ainsi d’améliorer le sxo de son site.

Et par extension, d’améliorer son seo.

Laisser un commentaire