Trouver la nouvelle idée business du siècle ultra rentable à la Google et Facebook

Regarder trouver la nouvelle idée business du siècle ultra rentable à la Google et Facebook sur YouTube

Transcription texte :

Je me suis souvent demandé comment une simple idée peut devenir en quelques années seulement l’idée business du siècle.

Vient-elle d’elle-même, comme par enchantement ?

Est-elle le fruit d’un interminable brainstorming ?

Personnellement, j’ai toujours rêvé de trouver l’idée révolutionnaire qui me permettrait de créer une entreprise dont le monde entier et même les extra-terrestres seraient accro.

Une entreprise à la Google ou à la Facebook dont la simple évocation soulève le respect.

Mais force est de constaté que ce n’est toujours pas le cas aujourd’hui…

Alors pourquoi est-ce que je m’entête à monter des business dont je sais pertinemment que l’idée principale ne sera pas l’idée du siècle ?

A première vue, on pourrait se dire que partir avec cette idée en tête n’est pas ce qui a de mieux pour l’égo et la motivation.

Que ce n’est pas ce qu’il y a de mieux en termes d’état d’esprit pour donner au succès toutes les chances d’éclore.

Pourtant, et ça va sûrement vous paraitre contre-intuitif, mais c’est tout le contraire qui se passe.

Parce que oui, pour que votre entreprise et l’idée qui l’accompagne deviennent une véritable success stories, un business mondialement connu et qui impose le respect, vous devez préalablement avoir compris les mécanismes de la réussite.

Donc désolé si je vous mine le moral, mais malheureusement le succès n’arrive pas en claquant des doigts.

Si vous pensez que des entreprises comme Google, Facebook ou Tinder se sont construit grâce à la première idée qui est venue dans l’esprit de ses créateurs, détrompez-vous.

Le One Shot est une utopie mes chers haters et je vais faire un plaisir de vous le prouver !

Pour faire de votre idée l’idée business du siècle qui va cartonner il faut que vous vous confrontiez préalablement à tous ce que le monde de l’entrepreneuriat a de plus glauque.

De la simple remise en question à l’échec total, vous devez avoir mis les mains dans le cambouis avant d’espérer pouvoir créer un business rentable dont tout le monde envie.

Et je ne parle pas spécialement de création d’entreprise.

Il peut s’agir tout simplement d’un projet sur lequel vous avez travaillé durant vos études ou chez vous et qui dans le futur vous servira de point d’ancrage à votre futur business.

Comprenez bien que c’est dans l’action et la persévérance que nait le succès.

Donc, chers entrepreneurs, si vous n’arrivez pas à trouver l’idée de business qui peut cartonner, pas de panique !

Essayez simplement dans un premier temps de monter un projet qui vous tient à cœur AVANT de vouloir à tout prix monter l’entreprise du siècle.

Step by step comme on dit.

Cette grande parenthèse étant fait, j’ai décidé, pour la suite de la vidéo, de vous délivrer 5 grands principes tirée de ma petite expérience et qui je l’espère vous feront gagner du temps et ouvrir votre conscience.

Alors ces principes sont les suivants.

  • Pour pouvoir prétendre à l’idée business du siècle encore faut-il s’être déjà confronté dans le passé à d’autres idées de business, de type projet personnel ou professionnel.
  • Une idée n’est jamais révolutionnaire. Elle n’est que l’évolution d’une précédente idée dont sa différenciation se trouve dans les mécanismes d’exécution.
  • Pour construire le business du siècle, la concrétisation est plus importante que l’idée.
  • Une idée en soi n’est donc jamais mauvaise. Il n’y a que sa matérialisation qui peut l’être.
  • Ce qui différencie l’idée du siècle d’une bonne idée se trouvent dans sa capacité à rassembler les gens autour d’un désir commun. Désir basée ni plus ni moins que sur l’information, celle la même qui régie tout notre univers.

Ces 5 grands principes sont donc inhérents au succès.

Facebook et Google en sont de parfaits exemples.

On va d’ailleurs reprendre ces 5 principes et les appliquer sur ces deux entreprises pour que vous preniez bien conscience de la réalité des faits.

Et on commence par le premier principe : la confrontation.

Premier principe

  • Tout d’abord Facebook. Avant que le réseau social naisse et devienne ce qu’il est aujourd’hui, il faut savoir Mark Zuckerberg avait préalablement créé plusieurs programmes issus de ses propres idées :
    • « ZuckNet », un programme qui relié les ordinateurs de sa maison et celui du cabinet dentaire de son père pour leur permettre de communiquer via une messagerie instantanée
    • « Synapse Media Player », un lecteur de musique qui s’adapte aux goûts musicaux de son utilisateur en utilisant l’intelligence artificielle.
    • « CourseMatch », un programme qui permet d’aider les étudiants à former des groupes d’études. Ou encore :
    • « Facematch », le programme qui établit un classement des étudiants les plus sexy en demandant aux étudiants de voter.
  • Du côté de Google, c’est à peu près la même histoire. Avant que germe l’idée de développer le fameux moteur de recherche et sa première version BackRub, Serguey Brin et Larry Page ont commencé par travailler chacun de leur côté sur le développement de bases de donnée et la popularité des pages web selon le nombre de fois où elles ont été citées sur d’autres pages.

Nous voyons donc bien que Facebook et Google ne se sont pas créés du jour au lendemain.

Ils ont été le résultat de l’expérience emmagasiné par leur créateur et non le fruit du hasard.

Ce qui nous amène à notre deuxième principe : l’évolution par la différenciation.

Second principe

En effet, croyez-vous vraiment que Google ou Facebook soient de véritables révolutions ?

Si vous le pensez vraiment, contrait pour moi de vous vous décevoir.

Parce que Google et Facebook ne sont absolument pas des révolutions mais de simples évolutions.

Comme tout ce qu’à créé l’homme soit dit en passant.

Regardez, avant Google il existait bien déjà des moteurs de recherche non ?

Et avant Facebook, des réseaux sociaux…

Alors pourquoi Facebook est devenu Facebook et Google Google ?

Eh bien si ces deux sociétés sont devenues aussi puissante c’est en grande partie grâce à la capacité de leur créateur à déceler dans les business actuels des défauts dans le mécanisme du système, ici les programmes informatique, ainsi que des manques.

C’est comme ça que Google avec son fameux Page Rank et The Facebook avec son réseau social universitaire ont réussi rapidement à se démarquer de la concurrence et à prendre des parts de marché.

Mais déceler les défauts et les manques dans un système pour en faire une évolution n’est pas l’unique élément à prendre en compte pour construire le business du siècle.

Il faut également incorporer notre 3ème principe clé : la concrétisation de l’idée en business.

Troisième principe

En effet, si Facebook et Google sont devenus ce qu’ils sont aujourd’hui, c’est parce que leurs créateurs ont consacré tout leur temps, leur énergie et leur mental pour que leur idée devienne l’idée business du siècle.

Mais cela n’aura jamais pu arriver sans notre troisième principe : sa matérialisation.

Quatrième principe

En effet, on a beau dire, celui qui possède l’information domine le monde.

Pour prétendre à l’idée du siècle et à sa concrétisation, il vous faut donc absolument posséder le savoir.

Il n’y a pas de secret.

Vous aurez beau avoir une idée de génie, si vous n’avez pas les compétences pour la concrétisée, celle-ci ne pourra jamais se matérialiser.

Et ceci nous amène directement à notre 4ème principe : l’information.

Cinquième principe

Comment croyez-vous que Google et Facebook on su obtenir une base d’utilisateurs aussi gigantesque ?

La raison est simple : parce que leur idée de business repose sur ce qui rassemble le plus les gens : l’information dont la communication en est le principal support !

Regardez un peu.

Que se passe t-il lors que vous faites une recherche sur Google ?

Eh bien il se passe simplement que vous communiquer à Google que vous désirez qu’il vous communique une information en retour.

Vous attendez donc de lui un retour informationnel.

Même principe pour Facebook.

Pourquoi pensez-vous que vous êtes poussé à vous connecter sur Facebook ?

Parce que l’être humain et une espèce sociale.

C’est-à-dire une espèce qui se nourrit de l’information d’autrui pour se sentir bien.

Ce qu’il se passe c’est qu’en allant sur Facebook vous communiquez la même chose qu’à Google.

Vous lui communiquez que vous désirez qu’il vous communique de l’information en retour, celle de vos amis plus précisément.

Mais vous lui communiquez également que vous désirez qu’il communique votre propre information à vos amis afin qu’ils vous communiquent en retour de l’information, vous permettant en conséquent de vous sentir bien.

Et si l’on va plus loin, on pourrait même dire que cette recherche d’information se base uniquement sur 3 besoins profonds, inhérent à chaque être humain :

  • Le besoin de reproduction où vous recherchez à dupliquer votre propre système d’information
  • Le besoin de survie où vous recherchez à maintenir votre propre système d’information le plus longtemps possible et
  • Le besoin de bien être où vous recherchez à mettre votre système d’information dans un état vibratoire particulier.

Vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire pour monter le business du siècle mes très chers haters.

Sur ce, un gros merde pour vos projets à bientôt pour une nouvelle vidéo !

Laisser un commentaire